Pascal Nampémanla : « Visa pour la musique »

« La musique est le véritable souffle de la vie.

On mange pour ne pas mourir de faim.

On chante pour s’entendre vivre… »

Yasmina Khadra, Les hirondelles de Kaboul

Comme un employé d’aéroport qui vise nos passeports, je tamponne sans cesse et parfois presque machinalement comme un ouvrier vêtu de son bleu. Mais chaque frappe, laisse une trace unique et indélébile comme tous les cycles de la vie.

Hey Joe, Unchain my heart, Blue in green, Respect ou encore Soul Makossa

Des titre-mots-concepts qui à la simple évocation nous transportent dans un univers et nous font voyager sans visa à la rencontre de l’autre.

La musique n’a jamais eu besoin de visa pour aller toucher les cœurs.

Au rythme de mon geste, la musique naît, la danse s’invite, l’écriture s’imprime et s’exprime sur le « papier ciment » récupéré, sur un chantier de construction. Je trépigne d’impatience au fil du temps et l’image de l’artiste se révèle.

Celui, qui ne s’est pas contenté de faire ce qui plairait à tous, mais qui s’est employé à faire de son art un prétexte pour bousculer l’ordre.

Faire et refaire, encore et encore, comme le musicien, répéter les notes, les accords, les rythmes jusqu’à toucher l’essence de la chose.

Visa pour la musique est un message d’amour et de respect pour ces musiciens-artistes noirs qui au delà de leur talents se sont “engagés” en tendant la main aux autres en prenant des risques, en bouleversant l’ordre établi ; ils ont imprimé leur histoire et embelli la mienne !

Un message qui se résume ainsi : « la musique a la couleur de l’esprit ».

Depuis quelques années, Nampémanla Collectionne des vinyles. Il écoute ses vieux disques dont certains ont bercé son enfance. Il s’attache petit à petit à la vie et l’engagement de certains artistes qui ont apporté un souffle nouveau dans la création.

Voici les musiciens et les titres qui ont inspiré l’artiste. Pour les entendre, scannez le QR code. Vous accéderez à playlist :

BIOGRAPHIE

Pascal Nampémanla Traoré est diplômé de l’Ecole Nationale des Beaux-arts d’Abidjan.

Après une dizaine d’années passées dans l’univers de la publicité, il décide de se consacrer entièrement à l’art. Pluridisciplinaire, il représente des sujets nés de son imagination, de son quotidien, de ses lectures et de ses recherches. Son style et sa pratique évoluent avec les années et se laisse guider par des nouvelles techniques qu’il explore en permanence.

Intéressé par la matière, Nampémanla utilise le papier sous toutes ses formes, les pigments naturels d’argiles de différentes nuances et le marc de café qu’il associe aux acryliques et aux huiles. Abordant différentes thématiques à travers plusieurs techniques et processus de créations, il illustre les évolutions du monde dans lequel il vit. Il n’envisage pas de changer le monde mais juste de poser un regard sur son état actuel. Ses créations proches du nouveau réalisme forment, comme disait à propos de ce courant l’historien et critique d’art Pierre Restany, « un recyclage poétique du réel urbain, industriel, publicitaire ».

prix